Accueil

Vidéo
Cliquez ici



JRES 2011

La nouvelle fabrique de la confiance numérique

Auteur : Daniel Kaplan
194 : La nouvelle fabrique de la confiance numérique
La "confiance" dans la société et l'économie numérique nourrit depuis 15 ans de multiples discours, lois, programmes de recherche et investissements. Pourtant, cette mobilisation doit changer de cible. Plutôt que de se focaliser sur les risques et la sécurité, elle doit aujourd'hui se concentrer sur la production même de la confiance.
Celle-ci peut difficilement naître dans une relation asymétrique entre d'un côté une entreprise sur-informée, outillée, surprotégée, et de l'autre un individu isolé, sans moyen de comprendre les ressorts et les mobiles de l'organisation, sans recours face à un service client de plus en plus industrialisé. C'est pourtant la situation qui prévaut aujourd'hui.
Imaginons maintenant que les individus disposent des mêmes connaissances et outils que les organisations pour exploiter leurs propres données. Qu'ils puissent, comme elles, "miner", analyser, croiser, agréger, visualiser, comparer leurs données à celles d'autres individus ; qu'ils puissent en négocier l'usage auprès des organisations qui les leur demandent, mais aussi retourner la relation : comparer, lancer des appels d'offres, se rassembler avec d'autres individus qui partagent les mêmes attentes ; qu'un ensemble d'outils et de services de gestion et d'analyse s'adresse, non plus aux entreprises, mais aux consommateurs…
Cette perspective, nommé parfois "Vendor Relationship Management", n'a rien de spéculatif. Elle désigne un programme de recherche de Harvard, ainsi qu'une communauté active d'innovateurs. Le gouvernement Britannique la met en œuvre dans un projet nommé MyData. Elle pose cependant des questions juridiques, économiques, éthiques, techniques très complexes. Elle conduira vraisemblablement à repenser la manière dont se réalise aujourd'hui la perspective du cloud computing.

Vidéo